Comment mieux faire des choix ?

Comment mieux faire des choix ?

Comment faisons-nous nos choix ?

Nous faisons nos choix de la même manière que nous pensons et nous pensons de deux manières différentes, comme l’explique Daniel Kahneman dans Thinking fast and Slow.

comment pensons-nous avec notre cerveau La première manière de penser est la manière intuitive, rapide et sans effort. Face à un problème, notre cerveau va faire des analogies avec des situations vécues, établir une pseudo logique et nous proposer une solution rapide. Par exemple si je vous demande si vous préférez la glace au chocolat ou à la vanille à ce moment présent, vous n’allez pas élaborer une analyse statistique, la solution viendra toute seule, ou vous vous rappellerez des moments où vous avez mangé de la glace pour définir votre préférence maintenant.

La deuxième manière de penser est une façon de penser avec analyse, méthode et concentration : par exemple si je vous demande comment changer un fusible de votre voiture, vous allez prendre une notice, l’analyser, et chercher la solution en vous concentrant.

Nous faisons systématiquement appel à la pensée rapide, et appel à la pensée lente, lorsque nous savons que cette question doit la faire intervenir, car elle demande un effort de concentration.

Notre cerveau adore les choix binaires, l’effort cognitif est réduit par deux options.

Lorsque nous faisons des choix personnels ou des choix qui nous impliquent personnellement, nous avons l’habitude de faire appel à la pensée rapide. Vous remarquerez que les choix importants de la vie, comme prendre la décision de se marier, d’avoir des enfants, de changer de vie…, ne sont jamais pris après une analyse de cas, une analyse statistique ! Alors qu’au travail, le moindre choix est censé faire l’objet d’une analyse.

L’être humain a une aversion au risque : le niveau émotionnel de la peur de perdre 100€ est beaucoup plus grand que  celui de l’espoir de gagner 100€.

Ainsi nous nous préparons à faire des choix personnels suivant ces critères :

  • Pensée rapide
  • choix limités (binaires, ou à X options)
  • focalisation sur la peur de perdre l’option ou les options que nous ne choisirons pas

Cette façon de penser est très pratique, c’est un algorithme très puissant et rapide la plupart du temps.

Que se passe-t-il lorsque nous faisons des choix difficiles ?

Les choix difficiles se caractérisent souvent par des problèmes cognitifs comme des bugs tels que :

  • la peur de perdre une ou des options, et souvent comme si cela était définitif,
  • l’enjeu du choix, des conséquences importantes qu’il peut avoir pour nous,
  • une sensation d’être prisonnier des seules options sur lesquelles nous réfléchissons,
  • la sensation d’être perdu, de ne plus se comprendre,
  • le fait de repousser la décision de manière parfois dramatique, quand nous finissons par ne plus pouvoir choisir, car le choix n’est plus possible, quelqu’un a choisi pour nous…
  • Nous demandons des conseils à d’autres, que nous jugeons ensuite inadaptés pour nous,
  • nous répétons ce qui ne fonctionne pas, nous pensons souvent que si une stratégie ne fonctionne pas, c’est qu’elle a été mal appliquée, sans remettre en question la stratégie,
  • plusieurs autres sensations désagréables par focalisation sur le fait de devoir faire un choix impossible, qui s’abat sur nous comme une sanction.

L’expérience de Benjamin Libet

les idées viennent de l'intuitionDans les années 80, Benjamin Libet a fait une expérience incroyable qui a été reprise dans les années 2000 avec l’IRM. Cette expérience consistait à mesurer l’activité cérébrale de personnes à qui on demandait d’appuyer sur un bouton quand elles le souhaitaient. L’activité cérébrale est mesurée jusqu’à 8 secondes avant que la personne n’ait l’impression d’avoir choisi d’appuyer sur le bouton !

Cela est tout à fait remarquable, et l’hypothèse tirée de cette expérience est que nous faisons nos choix de manière inconsciente, et que l’impression du choix se manifeste lorsque ce choix est proposé à la conscience.

Il y a beaucoup de questions sur le libre arbitre, mais dans l’hypothèse où nous aurions un libre arbitre, celui-ci serait hors du champ de notre conscience.

L’inconscient qui choisirait pour nous, reste une partie de nous, mais une partie qui se manifeste de manière indirecte, via la conscience.


Nouveau ! Accès à une de mes fiches pour apprendre l’auto-hypnose. Guide étape par étape accessible à tous. Suivez les illustration et découvrez le monde de l’hypnose.

Inscrivez-vous à la newsletter et recevez votre guide gratuitement.

   Gratuit

Connectez-vous à votre

Guide intérieur

Méthode d'auto-hypnose illustrée

Accessible tous niveaux

Découvrez l'auto-hypnose

Connectez-vous à votre intuition


Alors, comment mieux faire nos choix ?

Lorsque nous sommes préoccupés par un choix difficile, il faut déboguer notre cerveau, et rien de mieux qu’un bug pour en enlever un, un peu comme un coup dans le flipper, lorsque la bille est coincée.

Pour cela, vous pouvez faire l’inverse de ce que votre cerveau vous propose de faire. Vous pouvez par exemple :

  • imaginer que les 2 ou X solutions pour lesquelles vous devez faire un choix ne sont plus possibles et vous demander ce que vous voudriez faire à la place. Imaginer une autre solution, et trouver des similarités avec celles de votre choix, pour trouver la meilleure.
  • Comme l’enjeu est sur évalué par l’aversion au risque de perdre une option : demandez-vous ce que vous choisiriez s’il n’y avait pas d’enjeu, vous découvrirez probablement ce que vous voulez vraiment. La peur de perdre est surévaluée et limite nos décisions.
  • changer d’état d’esprit, faite autre chose, mettez une sonnerie et à la sonnerie, donnez-vous 5 secondes pour faire un choix instinctif : cela vous donnera une autre piste pour ce que vous voulez.
  • Vous dire que faire un choix est une liberté, et que ne pas faire de choix est un autre choix pire que le premier. Cela rendra positif tous vos choix et dédramatisera la situation.
  • Pensez simplement différemment, pour mettre de la fluidité dans un système de pensée qui se bloque. Cette gymnastique de réflexion doit vous faire sortir de votre spirale initiale de réflexion, pour vous permettre de trouver votre solution.

Faites appel à votre intuition de manière « organisée »

Il ne s’agit pas de lancer des dés pour prendre une décision rapide, de choisir n’importe quoi, il s’agit de préparer le terrain à un choix intuitif et rationnel. Faites d’abord une analyse rigoureuse des « pour » et des « contre » de chacun de vos choix. Et si le choix reste difficile, c’est probablement que méthode n’est adaptée. Mettez alors de la flexibilité dans votre façon de penser, en vous autorisant à penser de manière inhabituelle, même incohérente. Après cette petite gymnastique de votre esprit (voir ci-dessus), vous serez mieux préparé à faire un choix intuitif qui sera sans doute un bon choix.

Même lorsque regrette un choix, il arrive très souvent que l’on souffre moins qu’avant de faire le choix !

Puisque les choix se font dans l’inconscient, vous pouvez l’utiliser et lui faire confiance.

L’hypnose pour mieux choisir

faites confiance à votre incoscientTous ces principes sont des principes utilisés par l’hypnose. Si vous mettez du mouvement dans votre façon de penser vous décaler votre état de conscience.

Si vous êtes habitués à la méditation, à l’autohypnose, vous trouverez d’excellent moyen de faire vos choix. Vous pouvez par exemple, mettre vos deux mains ouvertes l’une devant l’autre, fermer les yeux et imaginer qu’une option est dans la main gauche et l’autre dans la main droite, imaginez de façon métaphorique tous les avantages de chaque option dans la main qui les contient. Plus il y a d’avantages, plus la main devient lourde. Au bout d’un moment la main la plus lourde descendra toute seule et indiquera un choix intuitif…

Une séance d’hypnose sera adaptée pour des cas très difficiles, qui peuvent remettre en question une partie de votre vie, de votre bien être.

L’hypnose nous permet de débloquer notre manière de penser quand elle ne fonctionne pas correctement pour nous. Ces principes sont utilisés pour aider à dépasser des peurs, à prendre une décision difficile comme celle d’arrêter de fumer…

Lors de mes séances en cabinet, j’amène mes clients à penser différemment, d’une façon surprenante, pour débloquer les situations de blocage et ainsi permettre le changement. En aucun cas l’hypnotiseur ne propose ou n’impose de choix, il met du mouvement pour que la personne trouve sa propre solution. Et au moment où cela arrive, il y a comme une impression d’évidence, de clarté, d’évidence et de profond soulagement.

N’hésitez pas à me contacter (ici) pour vos questions et si cet article vous a plu, je serai heureuse que vous le partagiez ou que vous le LIKiez.

 

Marina Trehin, hypnothérapeute – Versailles Viroflay Chaville

séances sur rendez-vous

 

Mots clés : Hypnose, choix, choisir, Benjamin Libet, inconscient, hypnose ericksonienne

 

 

 

Pin It on Pinterest

Share This